Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Recherche

Rejoignez-nous !

Table d'information sur le gavage tenue à Angers

Pour chaque manisfestation, venez nombreux ! Pour soutenir la cause animale, supporter SSA 49, tenir le stand, informer ou vous informer pour pouvoir mieux sensibiliser votre entourage.

Sur Facebook

/ / /

A l’origine des œufs féconds, on trouve des oies et des canards reproducteurs maltraités afin qu’ils engendrent le plus de descendants possibles (vie en cage, traumatismes liés aux nombreuses manipulations,  récoltes de sperme, inséminations artificielles…).

Le foie gras bio suit les mêmes types de pratiques d’élevage mais avec une alimentation bio.

1°) Données techniques     

L’aventure commence dans ces grands couvoirs dans lesquels naissent chaque année de millions de canetons et oisons. 95% des animaux gavés sont des canards, les 5% restants étant des oies. Les canards gavés sont de type mulard ou de Barbarie. Particularité du gavage chez les canards, seuls les mâles le sont ! Les femelles sont donc tuées par millions, dans les couvoirs, dès la naissance, souvent par broyage en pleine conscience ou encore gazées.


La cohabitation forcée de milliers de congénères (mâles) dans des espaces réduits – favorise les comportements agressifs. Afin de les réduire, les canetons, à 8 jours, sont souvent débecquetés  (coupe électrique par cautérisation) et dégriffés. Lors de ces opérations les oiseaux sont aussi vaccinés.
Avant que la période de gavage commence, les canards et autres oies vivent en hangar, type intensif avec accès ou non au plein air.


Canetons, période de croissance (source: www.oikeuttaelaimille.net)


Pendant cette phase de croissance, les jeunes oiseaux reçoivent une alimentation riche en cellulose en vue de développer la capacité interne de leurs réservoirs digestifs et de les préparer au gavage. 4 semaines avant le début du gavage, les animaux sont rationnés afin de pouvoir leur faire ingérer une quantité journalière d’aliments plus grande lors du gavage.

Ce dernier débute au bout de 12 à 13 semaines chez le canard et entre 13 et 17 semaines chez l’oie. La période de gavage dure entre 13 et 17 jours chez le canard et 14 à 28 jours chez l’oie. Chaque oiseau est alimenté deux fois par jours, en moyenne, à l’aide d’une pompe pneumatique ou hydraulique. Elles permettent de leur faire ingérer plus de 1kg de pâté de maïs broyé, carencé, en 2 fois 3 secondes. Afin de pouvoir enfoncer l’embuc de gavage (tube de 30 cm), le gaveur doit donc tirer fermement sur la tête de canard pour l’extraire de la cage alors que l’animal tente de se soustraire au gavage. Pendant cette période, les oiseaux sont placés dans des cages de contention à peine plus grandes qu'eux (image ci-dessous) dans lesquelles aucun mouvement ou presque n'est permit. 
Dans la production de foie gras, les animaux sont le plus souvent déplacés 3 fois : de l’entreprise d’accouvage à l’entreprise les faisant croître, puis de cette dernière au gaveur et enfin de ce dernier à l’abattoir. Le ramassage des oiseaux « prêts à être gavé » s’effectue de plus en plus avec des tapis roulant qui permettent le chargement de 2150 canards en une heure à 6 personnes ! A la fin du gavage, les animaux sont saisis par les pattes ou les ailes jusqu’à l’encageur qui les dispose soit dans des cages ou
  Canard affaiblit par le gavage (image no gavage.org)

des containers. Un document du ministère de l’économie rappelle que la fragilité des oiseaux en fin de gavage nécessite de limiter les durées de transport.

Les canards mâles et les oies sont tués dans les heures qui suivent la fin de la période de gavage. Lorsque les animaux sont tués à l’abattoir, la réglementation stipule que l’étourdissement des animaux est obligatoire avant l’abattage ou la mise à mort (article 8 du décret du 1er octobre 1997).

Il existe deux types de méthodes d’étourdissement : celles qui font appel à un choc électrique (électrocution ou électronarcose) ou celles utilisant des gaz. La premières est la plus fréquente et consiste à suspendre les oiseaux, la tête en bas sur une chaîne et de plonger leur tête dans un bain d’eau électrifiée. L’électricité passe alors dans tout leur corps. Une autre méthode consiste à électriser uniquement la tête. L’intensité électrique trop réduite afin de ne pas marquer le foie gras entraîne souvent un étourdissement trop faible avant que les animaux soient saignés. La saignée s’effectue par section des carotides jugulaires ou celles des veines palatines.

2°) Notre regard sur cet élevage, sur ces pratiques…

Le principe de gavage est déjà la première chose que nous mettons en cause. D’un point de vu éthique, forcer un être à manger plus que de raison paraît invraisemblable sachant que d’autres meurent de faim chaque jour à travers le monde. Nous parlons régulièrement du scandale protéique du foie gras !!!

D’autres parts cette pratique, si anciennes soit-elles, posent aussi d’autres problèmes éthiques dont ceux de la maltraitance faite aux animaux d’élevage. Il est important de rappeler dans ce contexte que près d’un milliard d’animaux sont abattus chaque semaine à travers le monde pour nourrir la population ! Les oiseaux destinés à produire du foie gras font partis des animaux d’élevage les plus méprisés et torturés :

Ø     Des millions de cannes broyées chaque année

Ø     Vie concentrationnaire en élevage, 87% des canards sont élevés en cage de la taille d’une feuille A4

Ø     Nombreuses souffrances :

-          Débectage et dégriffage douloureux

-          Foyers inflammatoires  dus à l’introduction répétée de l’embuc

-          Brûlures par le pâté de maïs souvent trop chaude

-          Maladies dues au gavage : intoxication du sang, cirrhose du foie

-          Non respect des besoins comportementaux et sociaux des palmipèdes (accès à l’eau, lissage du plumage, impossibilité que les individus interagissent les uns avec les autres,…) à cause de l'enfermement

-          Halètement en fin de gavage parce qu’ils ont trop chaud d’être suralimentés. Certains meurent de stress thermique et parce que leurs sacs aériens sont comprimés par leur foie hyper développé.

-          Lésions et fractures aux ailes, aux pattes

-          Ramassage et manipulations avant abattage souvent brutal

-          Étourdissement souvent insuffisant avant la saignée, certains oiseaux sont conscients lorsque l’opérateur leur tranche les veines.

Refusons ce produit empli de souffrance !!!

Stop souffrances Animales 49.

Partager cette page

Repost 0
Published by