Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Rejoignez-nous !

Table d'information sur le gavage tenue à Angers

Pour chaque manisfestation, venez nombreux ! Pour soutenir la cause animale, supporter SSA 49, tenir le stand, informer ou vous informer pour pouvoir mieux sensibiliser votre entourage.

Sur Facebook

28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:09

http://img.over-blog-kiwi.com/300x300/0/55/58/53/201311/ob_c6d958_chat-brissac-acide-pour-wc-1.jpg

Le mardi 14 janvier 2014 avait lieu au TGI d'Angers le procès en correctionnel du restaurateur de Brissac inculpé pour cruauté envers un chat.

 

Des membres d'SSA49 assistaient au procès, voici un résumé (retranscription non-intégrale) du déroulement du procès

 

Le 23 octobre 2013, un salarié a trouvé un chat enfermé dans une cage. Elle avait été prêtée par la mairie à un garde-chasse. Le chat était à l'agonie, brûlé profondément. Il avait été aspergé d'un produit utilisé pour les canalisations et contenant de la soude caustique, ce qui a été reconnu par le restaurateur lui-même. La SPA d'Angers constatera des brûlures au 3e degré et fera euthanasier Caramel.
Une autre employée estime que ce restaurateur maltraitait déjà les chats depuis 3 ans.

 

50 000 signatures sont mentionnées mais pas retenues pour partie civile.

 

Les avocats des associations qui se sont constituées partie civile interviennent.
La fondation B.B.réclame 2000€ de dommages et intérêts en relevant l'acte de cruauté. 30 millions d'amis mentionne un acte de torture . L'association Stéphane Lamart développe l'illégalité du trappage car les personnes doivent être assermentées et la campagne indiquée, ce qui n'a pas été le cas. Il insiste sur l'acte cruel du restaurateur. Il demande l'emprisonnement et l'interdiction de détenir un animal à vie. Il regrette que le tortionnaire ne se soit pas présenté à l'audience.
Sa plaidoierie est applaudie.

La SPA d'Angers demande le remboursement de ses frais.

Le procureur rappelle que des sévices graves infligés à un animal relèvent du délit.
La condamnation peut aller jusqu 'à 2 ans au lieu de 15 pour un humain.

La défense rappelle que le restaurateur a déjà beaucoup souffert de ses actes. Il a dû laisser la pizzéria et partir de Brissac. Il n'a jamais maltraité d'animal avant. Il a pris le 1er produit qui lui tombait sous la main. Il avait peur des chats.

Le tribunal rendra sa décision le 4/02/14 à 14h.

Commentaires : on peut regretter que toutes les associations qui se sont constituées partie civile n'aient pas plus insisté sur la demande d'emprisonnement eu égard à la cruauté des actes du restaurateur et pour faire avancer le droit et le respect des animaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Stop Souffrances Animales 49 - dans Autres actions
commenter cet article

commentaires